Faut-il s’inquiéter des leucorrhées pendant la grossesse ?

leucorrhées-grossesse

Encore appelées pertes blanches ou vaginales, les leucorrhées n’ont pas une consistance différente pendant la grossesse. Elles sont toutefois plus importantes et interviennent à divers stades, en fonction de l’organisme de chaque femme enceinte. Ainsi, seulement quand elles sont transparentes et inodores, les leucorrhées ne sont pas inquiétantes.

Pourquoi des leucorrhées abondantes pendant cette période ?

Trois principales causes expliquent cette situation. D’abord, l’augmentation des œstrogènes dans le sang entraîne la reconstitution de la paroi vaginale. Ce sont donc ces cellules mortes qui font la majeure partie des leucorrhées. Ensuite, pour la formation du placenta et du fœtus, l’intense circulation sanguine autour du vagin, de l’utérus et de la vulve obstrue ladite paroi qui provoque des pertes blanches. Enfin, le col de l’utérus produit du mucus, en raison de la forte concentration de progestérones dans le sang de la femme enceinte. Par la suite, cette membrane se dissoudra à travers les leucorrhées.

Quand consulter ?

Quand les pertes vaginales sont jaunâtres, verdâtres ou brunâtres, grumeleuses et/ou odorantes accompagnées de douleurs urinaires ou de démangeaisons au niveau du vagin, il faut en parler à un gynécologue au plus tôt. En effet, ces signes annoncent souvent une mycose, néfaste pour la grossesse. Pour prévenir cette infection, il suffit d’adopter la lingerie en coton, d’utiliser les produits alcalins pour la toilette et une lessive hypoallergénique pour le lavage des sous-vêtements. Par ailleurs, les protège-slips et la cigarette favorisent le développement des infections génito-urinaires pendant la grossesse, le corps de la femme devenant très sensible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *