Aide à la personne : des besoins en pleine explosion

aide-a-la-personne

Le quotidien confronte à des activités professionnelles et para-professionnelles qui prennent extrêmement de temps. Difficile donc d’être soi-même sur tous les fronts. Pour cette raison, bon nombre de ménages ont recours à des services d’aide à la personne. Ainsi, déjà en 2008, ce sont plus de 15 milliards d’euros qui ont été perçus à travers cette occupation dynamique et pourvoyeuse d’emplois.

Des métiers et services divers

Assurées principalement à domicile, mais parfois en dehors, les aides à la personne sont multiples et variées. En effet, se rapportant à tout ce qui peut être délégué pour alléger l’emploi du temps du particulier, elles sont réparties en trois groupes : l’aide aux personnes dépendantes, à la famille et à la vie quotidienne. Concrètement, les postulants à ces différents métiers sont amenés à garder des enfants, des personnes âgées ou des malades, à assister les handicapés, à effectuer des tâches ménagères, à faire du jardinage, à bricoler, etc.

De même, en 2013, plus d’1,4 million de personnes proposent leurs services dans ce domaine pour 2,5 millions de demandes, seulement entre avril et juin 2013. Cette tendance s’accentue davantage aujourd’hui, et beaucoup de postes restent encore à pourvoir dans cette filière.

Des métiers qui s’appuyent également sur les nouvelles technologies avec le développement d’outils numériques et logiciels comme la solution Apologic permettant d’améliorer le quotidien des aidants comme des personnes aidées.

Qui sont les employeurs ?

Les particuliers n’embauchent pas directement leurs aides : ils passent plutôt par des structures agréées, telles que les entreprises ou associations prestataires, les organismes mandataires, les établissements publics et les institutions nationales. D’une part, ledit agrément accorde des avantages fiscaux à l’organisme et au client ; d’autre part, il peut être simple (facultatif), lorsqu’il s’agit de missions relativement simples ou de qualité (obligatoire), quand il cible les personnes sensibles. Par ailleurs, un salon est spécialement consacré à cette activité, pour faciliter la rencontre de l’offre et de la demande dans le milieu de l’aide à la personne. La prochaine édition, la onzième du genre, aura lieu les 14 et 15 novembre 2017 à Paris, Porte de Versailles

La professionnalisation

Si par le passé, les diplômes n’étaient pas requis dans ce secteur d’activité, la tendance change progressivement. En effet, il semble désormais fondamental de se former au préalable avant de se lancer dans cette filière, surtout cela implique les personnes vulnérables, telles que les enfants de moins de 3 ans ou les personnes du 3ème âge. Ainsi, être titulaire d’un CAP petite enfance ou d’un BEP Accompagnement, Soins et Services à la Personne est un atout valorisé sur le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *