Mycose génitale chez l’homme : la détecter et la soigner

Mycose génitale chez l’homme

Bien connue chez les femmes, la mycose génitale touche aussi les hommes, même si c’est plus rare. Cette maladie très peu abordée est pourtant très gênante pour ceux qui en souffrent. Quelles sont les causes de la mycose chez l’homme ? Quels sont les signes pour reconnaitre une mycose génitale? Et quels sont les moyens de prévention et de traitement de cette maladie ?

La mycose génitale chez l’homme

Encore appelée mycose du gland, la mycose génitale chez l’homme est généralement causée par un champignon, le Candida. Plus spécifiquement, il s’agit du Candida albicans qui se retrouve généralement sur les muqueuses génitales et digestives, et qui, la plupart du temps, n’est  pas offensif. Mais, lorsque certaines conditions lui sont favorables, le Candida albicans se développe facilement.

Facteurs de risque et modes de contamination

Dans la grande majorité des cas, la contamination est endogène, c’est-à-dire que l’homme se contamine lui-même. Une défaillance du système immunitaire ou un déséquilibre de la flore microbienne sont des facteurs pouvant rendre ce champignon pathogène.

On peut aussi citer la circoncision comme autres facteurs de risque. Pour être plus précis, on peut dire que les hommes non circoncis et doté d’un long prépuce sont plus à même de développer une mycose.

Pour compléter les facteurs de risque, voici quelques modes d’infection de la mycose génitale :

  • Tout comme chez les femmes, une mauvaise hygiène intime est souvent l’un des éléments clés de l’apparition d’une mycose. Une irritation de la muqueuse sexuelle peut aussi être mise en cause lors de la contraction de cette maladie.
  • Les hommes diabétiques peuvent attraper une mycose plus facilement parce que leur système immunitaire est affaibli.
  • Même si beaucoup ne la considère pas comme étant contagieuse, elle peut être contractée lors de rapports sexuels avec une personne infectée. Dans ce cas, on parle de balanoposthite post-coïtale. Par contre, à l’inverse d’une contamination endogène, le système immunitaire reprend vite le dessus et les symptômes disparaissent rapidement au bout de quelques jours de bons soins.
  • Traitements médicaux : Une personne immunodéprimée ou sous antibiotiques a des risques d’être infectée.

Symptômes de la mycose génitale

Chez les hommes, la mycose des glands se manifeste par :

  • Le développement de plaques rouges ou par une inflammation du gland(balanite), du sillon balano-préputial et de l’anneau préputial ;
  • Prurit : ce sont des démangeaisons ou des picotements au niveau du gland ;
  • L’apparition de petites pustules blanches sur tout le pourtour du sillon ;
  • Chez les personnes obèses, l’inflammation peut s’étendre au scrotum et à l’aine ;
  • Une tuméfaction (gonflement) du gland rendant difficile l’ouverture du prépuce. Ce phénomène est appelé phimosis.

N’hésitez pas à consulter en cas de doute pour avoir une confirmation médicale, car le psoriasis du gland provoque aussi l’apparition de plaques rouges.

Prévention

La prévention passe par :

  • Une bonne hygiène intime ;
  • Éviter de porter des sous-vêtements synthétiques ou trop serrés ;
  • Un bon séchage des parties intimes après une douche, un bain à la piscine ou à la mer ;
  • Se protéger lors des rapports sexuels.

Traitement de la maladie

La mycose génitale chez l’homme  se soigne relativement bien et facilement. Mais pour éviter de multiples récidives, il est important de comprendre la vraie cause de l’apparition de l’affection afin de bien la traiter. Le traitement consiste à appliquer une crème antifongique localement sur les parties touchées.

Celle-ci peut être associée à une crème à base de cortisone. Un traitement oral est aussi une option, mais c’est au médecin de déterminer s’il est le plus approprié.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *